France - Dépakine - 40 000 victimes : et maintenant, quel accompagnement ?

JPEG

« Les handicaps provoqués par la Dépakine auraient pu être évités. Au-delà du débat indispensable sur les responsabilités, que faire maintenant ? Comment accompagner les enfants concernés et protéger les femmes enceintes ? Le point avec Hubert Journel, généticien au Centre Hospitalier de Vannes.

Prescrit depuis 1967, la Dépakine (acide valproïque) est le plus tératogène des anticonvulsivants, c’est-à-dire le plus susceptible d’entraîner des malformations et handicaps chez les enfants exposés. D’autres traitements de l’épilepsie ou prescrits pour les troubles bipolaires sont aussi à risque pour les femmes enceintes. Questions à Hubert Journel, généticien au CH de Vannes et responsable du conseil scientifique de l’association Apesac (Association française d’Aide aux Parents d’Enfants souffrant du Syndrome de l’Anti-Convulsivant) ... »

- Combien de femmes et d’enfants sont concernés (en France) et combien risquent de l’être encore ?
- Quelles sont les conséquences possibles de la prise d’un anticonvulsivant chez les femmes enceintes ?
- Savoir qu’un traitement anticonvulsivant est responsable du handicap de son enfant, ça change quoi ?

>>> Lire les réponses d’Hubert Journel sur le site du Magazine Déclic

© asbbf - Association Spina Bifida Belge Francophone | Développement web: Média Animation asbl