Réflexions d’un chercheur sur les progrès de la fortification 25 ans après une étude historique

JPEG

Ne pas fortifier en acide folique, c’est comme « avoir le vaccin contre la poliomyélite et refuser de l’utiliser »

« Voici vingt-cinq ans, The Lancet publiait les résultats d’une enquête randomisés contrôlés qui a contribué à ce que 80 pays demandent que l’acide folique soit ajoutée à au moins un grain de céréale par l’enrichissement. Ces 80 pays ne comprennent pas les 28 pays de l’ Union européenne, même si leur industrie minotière moderne pourrait facilement gérer la mise en œuvre technique, et où des aliments à base de farine de blé sont couramment consommés.

Ne pas fortifier en acide folique, en dépit des preuves répétées que cette stratégie de santé publique est sûre et rentable, est comme avoir le vaccin contre la polio et refuser de l’ utiliser, a écrit Nicholas Wald.

Nicholas Wald est professeur de médecine environnementale et préventive à l’Institut Wolfson de médecine préventive, Université Queen Mary de Londres.

Parmi ses nombreux autres travaux professionnels, Wald a été l’auteur principal de l’étude qui a fourni la preuve incontestable que l’acide folique préviendrait la plupart des malformations congénitales du tube neural (ATN), comme le spina bifida. L’étude a été financée par le British Medical Research Council. Wald est un Fellow de la Royal Society du Royaume-Uni (UK) et du Commonwealth qui reconnaît l’excellence dans la science. En 2008 , il a été fait chevalier à l’occasion de la fête de la Reine.

Pourtant, le pays qui finance ses recherches et reconnaît ses réalisations est parmi ceux qui résiste sans cesse à la fortification de la farine en acide folique pour prévenir les malformations du tube neural... »

>>> Lire la suite de l’article (en anglais)

(Source : Food Fortification Initiative - Traduction ASBBF)

© asbbf - Association Spina Bifida Belge Francophone | Développement web: Média Animation asbl