Le spina bifida, avant et après l’enrichissement en acide folique au Canada

En septembre 2008, le Professeur Philippe de Wals et son équipe (Université Laval – Québec) ont publié les résultats d’une étude qu’ils ont menée au Canada.

Un total de 1.286 cas de spina bifida ont été identifiés : 51% de naissances vivantes, 3% de mort-nés, et 46% d’avortements.

Les cas de spina bifida ont été répartis en fonction de la limite supérieure de la lésion : lésion haute (niveau crânien, cervical ou thoracique) et lésion basse (niveau lombaire ou sacré). La période d’étude a été divisée en trois périodes : avant le 30 septembre 1997 (avant la fortification), entre le 1er octobre 1997 et le 31 mars 2000 (période de fortification partielle), après le 1er avril 2000 (fortification pleinement obligatoire).

L’équipe est arrivée à la conclusion que la prévention du spina bifida par l’acide folique a plus d’effet pour diminuer les cas de lésion haute que les cas de lésion basse. Ces résultats confirment l’hétérogénéité étiologique du spina-bifida et l’effet plus marqué de l’acide folique pour diminuer le nombre des cas les plus graves.

Ce sujet sera développé dans nos prochains "Échos de l’ASBBF".

(Article original - en anglais)

© asbbf - Association Spina Bifida Belge Francophone | Développement web: Média Animation asbl